Magazine Gaming, E-sport, jeux vidéo, Reviews, Trucs & Astuces


Ce titre indépendant de Poles Flying Wild Hog, créateurs de « Evil West » et de la saga « Shadow Warrior », est absolument époustouflant d’un point de vue visuel. Bien que ce « Trek to Yomi » ait été critiqué pour les limites de son système de combat, la vérité est que son ambiance très soignée du film de samouraï noir et blanc d’Akira Kurosawa lui confère une identité unique.

Disponible pour Windows, PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One et Xbox Series X/S (et avec Game Pass sur les consoles Microsoft), ce nouveau venu dans les jeux d’action 2D rappelle également des classiques comme « Prince of Persia » original, bien qu’en cela cas, les scénarios étaient infiniment plus labyrinthiques et l’action et les plates-formes plus exigeantes. ‘Trek to Yomi’ n’est pas si complexe, mais il se rattrape par une esthétique d’une beauté débordante.

Situé dans la riche période Edo de l’histoire japonaise (entre 1603 et 1867), le jeu nous raconte la vengeance d’un jeune guerrier dont le village a été assailli et réduit en cendres par des bandits. L’importance de la documentation dans ‘Trek to Yomi’ a été essentielle : on a compté sur les historiens pour que des aspects tels que la bande son, les costumes ou les décors soient fidèles à la période qui est dépeinte.

Share Game Pass : guide avec les méthodes pour le faire, quand vous pouvez le faire, les dangers et les conditions

Malheureusement, le jeu n’a pas la fluidité (bien qu’il ait la violence) d’un véritable film de samouraï, et son riche arsenal de coups de poing ne correspond pas à une mécanique aussi complexe. Dans l’ensemble, « Trek to Yomi » est un spectacle visuel fabuleux, suffisamment varié et amusant pour fonctionner comme un bon hommage aux classiques du cinéma d’arts martiaux japonais.



Source link

Similar Posts